Historique

Un bref historique de la rivière Rouge La Rivière Rouge prend sa source dans le Lac Rouge près de Maison-Pierre à l’est de la Réserve Faunique Rouge-Mattawin, elle descend sur 185km à travers les montagnes laurentiennes jusqu'à l’embouchure de la Rivière des Outaouais près de Grenville-sur-la-Rouge, Québec. Lors de la fonte des derniers glaciers, c'était la rivière des Outaouais qui drainait les Grands Lacs jusqu'à ce qu’un nouveau terrain ce soit surélevé et que le nouveau canal a été trouvé par l'intermédiaire du Saint-Laurent. Le sol d'argile fine de la vallée sud a été déposé par l’Outaouais dans son voyage vers la mer, formant une longue intrusion fertile dans l’implacable Bouclier canadien d'où la Rouge et les chutes des Sept Sœurs cascadent vers le bas de son escarpement de la rivière des Outaouais. L’Outaouais constitue la frontière entre le Québec et l'Ontario, mais la division est plus que politique: les terres agricoles riches au sud, les forêts des Laurentides au nord. Pendant plusieurs centaines d'années, l'Outaouais était la route primaire des transports vers la traite des fourrures et l'intérieur Ouest de ses affluents. La grande plage à la base de la Rouge était un campement naturel pour les voyageurs et les Indiens. Dans les premiers temps, les Indiens Algonquins, un les algonquins contrôlaient une grande partie de la rivière des Outaouais et de ses affluents, y compris la Rouge. Il y avait deux groupes sur le côté nord de la vallée inférieure de l'Outaouais - Les Weskarinis - ou la Petite Nation (le plus petit des deux) habitaient les vallées de la Nation Rouge, du Lièvre et la Petite Nation. La Rouge était connu comme la rivière du Grand Esprit, l'être suprême impersonnel, chef `Gitche Manitiou`. Dans la religion traditionnelle des peuples algonquins, Manitou représentait le pouvoir qui habite en toutes choses dans la nature, à la fois faibles et forts, et ayant à la fois bonne et mauvaise influence.   Ils vivaient simplement par groupes de 15 à 30 individus, en hiver, ils remontaient les rivières afin de maximiser leurs chances de survie contre la famine. Ils chassaient l'orignal et pêchaient le poisson pour survivre, rarement ils revenaient au même camp chaque été, le groupe allait se regrouper pour vivre dans de grandes collectivités de 150 à 300. Étant situé si près de la vallée du Saint-Laurent, le territoire de leurs rivaux les cinq nations des Iroquois, ils étaient souvent victimes d'attaques répétées au cours des guerres iroquoises du 17e et 18e siècles.   Samuel de Champlain a probablement été le premier à attribuer le nom Algonquin à ce groupe spécifique d’indiens lors de sa visite en 1603. Dans leur langue, cela signifiait `vrais hommes, principalement` chasseurs. Les Français concluent une alliance avec les Algonquins et les Hurons et étaient beaucoup impliqué dans le commerce de la fourrure. Ils contrôlaient tout le trafic jusqu'à la vallée de l'Outaouais et de ses affluents. Étienne Brûlé est probablement le premier Européen à voir la Rouge alors qu'il se rendait jusqu'à la rivière des Outaouais en 1610.   Un poste de traite à la base de la Rouge a été construit par Steven Bevin, un ex employé de la compagnie de la Baie D’Hudson qui a su profiter de la traite des fourrures dans la vallée de la Rouge. Il avait travaillé à un poste de traite et parlaient leur dialecte, certains ont dit qu'il était moitié blanc, moitié indien. Il a voulu être le premier à intercepter les Indiens lors de leur descente de la Rouge avec leurs fourrures avant qu’ils ne négocient avec quelqu'un d'autre. Sa connaissance de la langue s'est avéré être un grand atout. Plus tard, il a créé un nouveau poste en amont de la Rouge à l'embouchure du ruisseau Bevin lorsque la concurrence a augmentée. Les articles nécessaires à la chasse et la pêche ont été achetés à partir du poste de traite.   Le commerce du bois a apporté de grands changements à la vallée de la Rouge. Fondée sur la demande européenne, cela a amené l’exploration, l’immigration, l’investissement et le développement de l’économie. En 1798, la ville de Hawkesbury a été fondée, et Thomas Mears a construit le premier moulin à blé et plus tard le premier bateau à vapeur.   L'Union des bucherons de la Rouge, Gatineau et la rivière Rideau a alimenté le moulin. Le commerce, toujours limitée par ses besoins spécifiques et de haute qualité, a changé de S-John pour la Rouge lorsque les entrepreneurs ont cherché dans les forêts de feuillus le chêne et le pin blanc. L'industrie du bois équarri se développe rapidement pour répondre à l'énorme demande de la Grande-Bretagne, qui était en guerre avec la France napoléonienne qui avait bloqué l'accès aux forêts de la Baltique en 1807. En 1812, les frères Hamilton, bucherons et commerçants précédemment impliqués dans le commerce du bois de la Baltique saisis sur l'`affaire` moulin à Hawkesbury pour lequel ils avaient prêté de l'argent. Ils ont commencé une des opérations les plus réussies de commerce du bois dans le Haut-Canada. Obtenir des contrats de l'Amirauté, qui détenait les droits de coupe sur les terres publiques jusqu'à la Rouge et d'autres affluents. Une grande partie du commerce du bois était illégal jusqu'en 1826. Les bucherons pratiquent librement l’intrusion et l'intimidation des deux gouvernements officiels et des concurrents, les Hamilton ont participé activement à cette violence dans leurs efforts pour maintenir et développer les activités commerciales. Autour de la moitié de 1820, les Hamilton étaient devenus partisans de la réglementation du gouvernement pour ramener l'ordre dans le commerce et garantir les droits des grands opérateurs comme eux. La pitoune descend la Rouge avant même que le commerce de la fourrure diminue. De la base de la Rouge, de grands radeaux de billots descendent le long des rapides jusqu’à Québec, où ils sont chargés à bord de navire jusqu’à Liverpool. En 1830, la demande britannique de pin dans le bassin versant d’Ottawa était devenu si élevé qu'il a dominé l'économie canadienne. Des armées d'hommes vivaient dans des baraques pendant l'hiver et redescendaient vers la civilisation avec leurs radeaux le printemps venu. Après 1850, la demande britannique pour le bois équarri a chuté mais la demande du marché américain a augmenté.
Droits réservés 2013 - Rafting Nouveau Monde®